Skip to main content

PROGRAMME DE FORMATION DE SAGES-FEMMES

Formation

Le Conseil cri de la santé élabore actuellement un programme de formation sur le territoire pour les sages-femmes Eeyou-Eenou.

Les sages-femmes sont formées de deux manières : dans les universités et, dans certaines communautés autochtones, au moyen de programmes communautaires. Un diplôme universitaire de sage-femme est obtenu après avoir suivi avec succès un programme de 4 à 6 ans comprenant des cours en sciences et en sciences sociales ainsi que des stages pratiques avec des sages-femmes et d’autres professionnels de la santé. Les sages-femmes diplômées ont assisté à environ 100 naissances au cours de leur formation. Les communautés autochtones ont le droit de créer leurs propres programmes de formation de sages-femmes; leurs diplômées peuvent ensuite travailler légalement dans leur communauté. Le plus ancien programme de ce type se trouve au Nunavik, au Québec.

 

 

CHAMP DE PRATIQUE

Le champ de pratique définit ce que les sages-femmes sont autorisées à faire. Les sages-femmes peuvent faire tout ce qui est nécessaire pour prodiguer d’excellents soins cliniques, y compris assister aux accouchements. Les sages-femmes ne peuvent pas administrer de péridurale ni pratiquer de césarienne.

Les sages-femmes sont des expertes de la grossesse, de la naissance et des bébés normaux, mais elles sont également formées pour déceler tout ce qui est atypique ou anormal. Les sages-femmes consultent et discutent avec d’autres professionnels de la santé, et/ou transfèrent des soins à d’autres professionnels de la santé appropriés, à l’intérieur et à l’extérieur du territoire, pour des problèmes précis qui se situent en dehors de leur champ de pratique.

Les sages-femmes travaillent également en étroite collaboration avec d’autres types de professionnels de la santé, notamment des médecins, des infirmières, des représentants en soins primaires communautaires (RSCP; anciennement appelés représentants en santé communautaire [RSC]), des conseillers, des nutritionnistes et le service Nishiiyuu, afin de s’assurer que les usagers reçoivent des soins de prise en charge globale qui répondent à tous leurs besoins.

 

VALEURS ET PRINCIPES DE SOINS

Choix éclairé

Les sages-femmes estiment que chaque personne a le droit d’être le principal décideur de ses propres soins. Elles fournissent des informations complètes sur tous les sujets liés à la périnatalité et prévoient suffisamment de temps lors des visites pour mener une discussion approfondie et répondre aux questions.

Relations égalitaires

Les sages-femmes travaillent avec l’usagère et ses proches dans une relation égalitaire. Elles apportent leur soutien d’une manière respectueuse et considèrent les usagers comme des experts de leurs propres besoins et valeurs.

Soins fondés sur des données probantes

La pratique des sages-femmes s’appuie sur la recherche, des lignes directrices fondées sur des données probantes, l’expérience clinique ainsi que les valeurs et les besoins uniques des personnes dont elles s’occupent.

Continuité des soins

Les personnes obtiennent de meilleurs résultats et sont davantage satisfaites lorsqu’elles connaissent leur professionnel de la santé et lui font confiance, en particulier lorsqu’il s’agit d’un accouchement. Les sages-femmes prennent le temps, lors des visites, de développer une relation étroite avec les usagers et sont toujours à la disposition de leurs usagères. Les usagères connaissent la sage-femme qui les accompagne lors du travail et de l’accouchement.

 

SÉCURITÉ

Les sages-femmes sont formées pour prendre en charge les urgences obstétricales dans les régions éloignées. Leurs compétences comprennent le dépistage des facteurs de risque et la prise en charge des complications pendant la grossesse et

la période post-partum, les orientations appropriées, la prise en charge des urgences lors de la naissance, la réanimation des nouveau-nés et la réanimation cardiorespiratoire (RCR). Les sages-femmes, les premiers intervenants et les médecins et infirmiers d’urgence peuvent travailler ensemble, si nécessaire.

Le collège des sages-femmes du Québec, appelé l’Ordre des sages-femmes du Québec, supervise les sages-femmes pour assurer la sécurité. Les sages-femmes doivent régulièrement renouveler leur certification en matière de compétences d’urgence et soumettre des rapports à l’Ordre.

 

  • Image
    Man comforts pregnant woman who is in labour
  • Image
    Elders with midwife
  • Image
    Sharing traditional childbirth practices
  • Image
    2 babies lying head to head
  • Image
    2 mothers holding their babies
  • Image
    Woman looking at sleeping baby
  • Image
    Setup for giving birth in a teepee
  • Image
    Equipment for giving birth in a teepee
  • Image
    2 elders sharing traditional practices
  • Image
    Birthing and midwifery in the Nishiiyuu tiipii in Chisasibi
  • Image
    Baby clothes and toys
  • Image
    Elders laughing during birthing and midwifery session in the Nishiiyuu tiipii in Chisasibi
  • Image
    Baby on ground being wrapped in swaddling material
  • Image
    Hands tying up baby swaddling material
  • Image
    Baby being passed during birthing and midwifery in the Nishiiyuu tiipii in Chisasibi
  • Image
    Elders sharing stories of giving birth in Eeyou Istche
  • Image
    Elder laughing as he holds baby

HISTOIRE DE LA PROFESSION DE SAGE-FEMME EN EEYOU ISTCHEE

Depuis des milliers d’années, les sages-femmes traditionnelles se sont occupées des femmes enceintes et ont assisté aux accouchements. Les sages-femmes autochtones ont fourni d’excellents soins cliniques de santé sexuelle et reproductive culturellement ancrés. Elles ont été les gardiennes des cérémonies, les dirigeantes, les mentores et les personnes qui transmettaient des valeurs importantes en matière de santé à la génération suivante.

Avec la colonisation, les sages-femmes autochtones ont été mises hors la loi et les femmes enceintes ont été amenées pour accoucher dans des hôpitaux avec des médecins.

Depuis 2004, le Conseil cri de la santé, les communautés et dirigeants d’Eeyou Istchee ont travaillé dur pour que les naissances puissent avoir lieu sur le territoire. La mise en œuvre des services de sages-femmes a commencé à Chisasibi en 2017 et de 2019 à mars 2021, 57 bébés cris sont nés sur le territoire avec l’aide de sages-femmes.

La profession de sage-femme autochtone traverse une période de récupération et de restauration à travers le Canada, et il y a maintenant des sages-femmes autochtones en mesure de jumeler leurs compétences médicales modernes aux pratiques culturelles traditionnelles. Dans les années à venir, le Conseil cri de la santé assurera la formation de sages-femmes cries.

Au Canada, les sages-femmes sont actuellement responsables d’environ 10 à 15 % de toutes les naissances et il y a actuellement plus de 100 sages-femmes et 50 étudiantes sages-femmes qui sont autochtones.

 

OÙ PUIS-JE EN SAVOIR PLUS?

Pour en savoir plus sur ce service, communiquez avec votre centre Miyupimaatisiiun communautaire (CMC) local.

Vous pouvez également obtenir de plus amples renseignements sur les pratiques des sages-femmes sur les sites Web suivants :

 

Vous souhaitez devenir sage-femme ?

En savoir plus

Nishiiyuu fait référence aux mœurs traditionnelles des peuples Eeyou et Eenou.

Le Service Miyupimaatisiiun supervise les neuf centres Miyupimaatisiiun communautaires (CMC) qui offrent des services de première ligne et le Centre hospitalier régional de Chisasibi.

Pimuhteheu contribue à renforcer nos services grâce à sa planification rigoureuse, et il s’efforce de bâtir des communautés en santé par l’intermédiaire de partenariats.

Nos partenaires

Image
Grand Council of the Crees logo
Image
Santé et des Services sociaux logo
Image
Health Canada logo